16/01/2008 14:54

Association Coteaux de Jurançon Environnement Association Loi 1901 n° W643002685 déclarée le 16 janvier 2008

L'association CJE poursuit depuis plus d'un an son action de collecte et de diffusion d'informations sur l'injection du C02 à Jurançon en opposition à Total qui dans ses « réunions» et « communications de presse» affirme maîtriser la technologie de captage et de séquestration du C02. Or, le projet-pilote de Rousse 1 est sa 1ère expérience de CSC dont le déroulement et l'issue sont, comme dans toute expérience, inconnus et incertains. De plus, pour la 1ère fois au monde, cette expérimentation se fait en zone habitée, le réservoir géologique s'étendant sur un rayon de 2 km jusqu'à Gan et de Las Hies jusqu'à la gare de Pau. C'est d'ailleurs sur ce périmètre que Total a placé ses capteurs de détection sismique.

La position de CJE est étayée par les études d'organismes internationaux et de chercheurs chargés d'évaluer le CSC : ils le jugent trop risqué (fuites probables à court ou à long terme), trop cher, trop peu (on ne pourrait injecter que 0.6% de la production mondiale de C02), trop polluant (cette technique produit 40% de C02 qui est évacué dans l'atmosphère), trop tard (les technologies ne sont pas prêtes et le changement climatique a commencé).

Ces arguments sont développés dans un article de Sci~nce et Vie que l'association tient à votre disposition.

Nous vous informons également de la position de 2 députés: Mrs Ch. Bataille (PS) et Cl. Birraux (UMP), membres de l'OPECST (Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques) qui expriment leur réserve sur le CSC et demandent de réévaluer les sommes d'argent public versées dans les pilotes de CSC

Extrait de la réponse de Ch. Bataille aux préoccupations de l'association CJE :

« Je pense qu'il faut beaucoup plus de certitudes scientifiques quant au stockage souterrain du C02, dont l'efficacité n'est à ce jour pas démontrée ».

Total, dans sa course au-profit, nie les-risques encourus par les Jurançonnais et leur descendance, au point d'avoir complètement négligé d'élaborer un cadre juridique de ce projet-pilote et d'avoir préparé un plan de secours en cas de fuite de gaz.

Sa tactique:

• Exploiter une ressource,
• Laisser à la place un déchet industriel (le C02) et
• Partir au bout de 5 ans rentabiliser son brevet ailleurs, laissant à l'Etat (les contribuables) la charge de la surveillance des installations et des indemnisations en cas d'accident.

Quant à notre responsabilité envers les générations futures à qui nous laisserons des dettes et des déchets dangereux, ce n'est pas dans les préoccupations de Total.

Le pétrolier, pour arriver à ses fins, endort la méfiance des populations (faites-nous confiance, nous voulons protéger la planète) et séduit les politiques avec du mécénat ou du sponsoring.

A Jurançon, les membres de l'association CJE se souviennent des premières réunions où le candidat aux municipales, Michel Bernos, était le plus tonitruant opposant au projet de Total. Sitôt élu, le Maire Bernos et son équipe municipale, négocient avec le pétrolier: ils encaissent 1 500 OOO€ en CONTREPARTIE de l'injection de C02 à Rousse1.

Cette contrepartie, ce sont les dangers que nous venons d'évoquer et auxquels ils nous livrent alors qu'ils sont responsables de la sécurité des administrés et de leurs biens.

Depuis l'explosion d'AZF à Toulouse, de nouvelles dispositions ont été mises en place ou sont en cours d'élaboration comme le PPRT (Plan de Prévention des Risques Technologiques) sur tous les sites à risque.

L'association CJE a été contactée par 3 étudiants de l'Ecole Nationale du Génie Rural des Eaux et des Forêts (ENGREF), mandatés par le BRGM, pour tester l'acceptabilité sociale du projet en vue de la faisabilité d'un PPRT à Rousse 1.

Un PPRT imposerait des contraintes aux propriétaires en gelant leurs terrains et n'est-ce pas ce que la municipalité attend puisqu'elle n'a toujours pas élaboré le nouveau P.L.U sur les coteaux?

Les 1500000 € pourraient coûter cher aux jurançonnais !!!

Au moment où le principe du CSC est de plus en plus contesté dans le monde, notre droit et notre devoir de citoyens est de protéger les jurançonnais et leur territoire contre les intérêts d'un lobby pétrolier et l'asservissement de politiques d'arrière-garde.

Refusons l'injection du C02 à Jurançon et privilégions les énergies non polluantes

Une réunion publique d'information vous est proposée par l'association CJE le mercredi 29 avril 2009 à 20h00 à la Maison pour Tous à Jurançon

Venez nombreux !!!

Paulette Loustalet Présidente

Association Coteaux de Jurançon Environnement - 411, avenue de l'Amiral Landrin - 64110 Jurançon Tel. : 0539.06.00.07

Email: asso_cje@orange.fr

http://asso-cje.over-blog.com
 

—————

Précédent


Le nouveau site de Juramapon: