13/03/2009 10:27

CONTAMINATION DU SOJA BIO À LAMÉLAMINE

Biocontact février 2009 n°188

La contamination d'un lot de soja bio en provenance de Chine par de la mélamine est une affaire grave pour la filière biologique, qui fait écho à d'autres événements récents du même ordre. Mais cette affaire démontre également que la bio reste une filière extrêmement bien contrôlée, de plus en plus à même de repérer les fraudes et d'agir rapidement par retrdit du lot d'aliment incriminé. Il ne s'agit pas d'une crise sanitaire, car, les volailles et œufs bio analysés, concernés par l'aliment incriminé, ne comportent pas de traces de mélamine, selon l'Afssa. Cette affaire ne peut que faire réfléchir les paysans bio sur une plus stricte application de leurs fondamentaux, notamment en terme d'autonomie sur leur exploitation.

Le groupe coopératif Terrena a annoncé, suite à un autocontrôle, qu'un lot de soja bio importé de Chine était contaminé par de la mélamine. le réseau Fnab Fédération nationale d'agriculture biologique des régions de France) soutient ses groupements adhérents de Pays de loire et de Poitou-Charentes et réaffirme que tous les éleveurs bio touchés, aucunement responsables de ce problème, seront défendus pour qu'ils n'en subissent pas les éventuelles conséquences techniques et financières. Une intervention judiciaire n'est pas exclue si des producteurs lésés ne sont pas indemnisés.

Cette affaire démontre aussi la nécessité de repenser le modèle d'approvisionnement alimentaire des volailles biologiques. L'agriculture biologique doit rester basée sur le principe de la proximité et du «lien au sol» (production de l'alimentation du bétail sur l'exploitation ou en local). L'utilisation massive de soja importé n'est pas conforme aux principes de la bio. les paysans bio continuent de demander un véritable «Plan protéines» pour une indépendance alimentaire européenne en matières protéiques. les efforts du ministre de l'Agriculture en ce sens, aussi louables soient-ils, ne sont pas à la hauteur des demandes exprimées par les citoyens. la recherche d'autonomie des exploitations et l'approvisionnement local sont le seul rempart à des
contaminations (y compris OGM). les opérateurs en aval de la filière doivent réfléchir avec les producteurs bio au moyen de sécuriser la fabrication d'aliments pour volailles.

Cette affaire ne fait que renforcer la volonté des paysans bio de France et d'ailleurs pour que se développe une agriculture paysanne biologique de proximité, solidaire, seule garante d'un développement harmonieux et durable.

Fnab, 40, rue de Malte, 75011 Paris, tél.: 01 43 38 38 69  site: www.fnab.org.

—————

Précédent


Le nouveau site de Juramapon: