12/06/2010 14:42

ZERO PHYTO C'EST PAS IDIOT À JURANçON

Jurançon le 21 mai 2010

Monsieur le Maire,

Vous savez probablement que Jurançon compte une des AMAP les plus dynamiques du Béarn, JurAMAPon, et que la finalité de cette organisation est d’une part de relocaliser la production alimentaire et d’autre part de permettre au plus grand nombre d’accéder à une alimentation saine et de qualité ; modestement, à notre échelle, cela va de soi.

Nous soutenons à cette fin une quinzaine de producteurs sis pour la plupart dans un rayon de 20 km  autour de la place du Junqué, producteurs qui alimentent au fil des saisons près de 150 familles en deux distributions hebdomadaires qui se tiennent rue Guynemer.

La première motivation des acheteurs qui s’investissent dans une AMAP est, dans un rapport de confiance avec le producteur, de consommer des produits propres, goûteux, et surtout exempts de pesticides de synthèse.

Il est logique et cohérent que nous nous préoccupions de ce qu’il advient lorsque nous posons ce panier de légumes, sur la table d’une cuisine dont les fenêtres sont restées ouvertes, et si les efforts consentis par les agriculteurs ne sont pas ruinés par des molécules facétieuses et synthétiques échappées des pulvérisateurs municipaux exterminant le chiendent et le pissenlit qui menacent le parvis de la cité.

Car ce sont près de 100 litres d’herbicides et de fongicides qui sont déversés annuellement autour des écoles, sous le nez des passants, sous les boules des boulistes, sur les plates-bandes effarées de certains de nos concitoyens.

Certes on a longtemps affirmé que l’introduction de ces poisons dans notre eau, nos aliments, l’air que nous respirons était nécessaire.

Certes on est loin des 80 millions de litres d’Agent orange fabriqués par la même société et déversés (d’abord sur les champs américains des années soixante) et ensuite sur les forêts vietnamiennes en 1969 (150 fois moins par nez de citoyen jurançonnais pour être précis).

La guerre du Vietnam est terminée, celle, chimique, contre l’herbe est dépassée ; nos meilleurs viticulteurs vous le disent il n’est que de regarder les photos des vignes enherbées dans cet excellent Répertoire du commerce jurançonnais.

Une politique volontariste, éclairée et basée sur une communication  appropriée a convaincu certains de nos voisins de la Communauté.

Nous ne pouvons imaginer que Jurançon, qui est par ailleurs à la pointe de la recherche dans les technologies concernant l’environnement, soit la dernière commune à entrer dans cette démarche (car toutes y viendront). 

Il y a un an une de nos amapiennes Mme Jonville, avait plaidé auprès de vous,  épistolairement, la cause des fleurs des bords des chemins qui se faisaient méchamment brûler ou broyer les pétales : et vous aviez été sensible au sort de ces modestes pulmonaires, stellaires, pieds de grues, lychnis, sceaux de Salomon… qu’en des pays aux cieux moins cléments on sème volontairement dans les jardins.

En fait, Monsieur le Maire vous posiez, en recevant cette citoyenne, la possibilité, les prémices, du désherbage alternatif. Vous montriez que le premier élu de Jurançon n’était pas étranger à ces problématiques ; nous posons le postulat, peu risqué, que vous êtes tout aussi sensible et attentif, à la santé de vos concitoyens – en particulier de ceux dont les narines sont dangereusement rapprochées, du fait de leur taille, des trottoirs de la ville - qu’à la beauté des fleurs des champs.

Dans la charge lourde, complexe qui est la vôtre, il y a des priorités, on fait des choix, que l’on estime correspondre à ceux de la population.

Monsieur le Maire il nous semble que concernant cette importante question nous pouvons vous appuyer ; voici les actes que nous allons poser :

·      Information dans notre réseau sur la Charte des désherbages communaux dans le cadre du PAT du Gave de Pau

·      Interventions dans nos réunions de personnels compétents sur la gestion différenciée des espaces verts urbains

·      Nous nous associerons aux actions coordonnées par les organisations suivantes qui mènent des initiatives du type « Zéro phyto » : COCLIPAU , Petits Hommes de la Terre de Gan, AMAP de GAN, PANECO (AMAP de Turbomeca), APE des écoles publiques de GAN, Terre et Humanisme, Mouvement des Colibris.

·      Soutien logistique (affiches) aux adhérents qui refusent les produits phytosanitaires.

·      Relais et sensibilisation à toutes les initiatives que votre Conseil produira dans ce sens.

·      Demande d’information et de transparence sur les produits utilisés, les conditions d’épandage, les progrès sur la voie des alternatives mises en place dans la ville.

Nous espérons ainsi soutenir toutes les actions qui nous feront avancer dans la réflexion complexe mais incontournable aujourd’hui, pour toute municipalité vivant dans le siècle, sur la remise en cause du recours aux produits phytosanitaires dans la cité.

Mais qui d’autre que vous, Monsieur le Maire, serait en mesure de faire vivre ce projet et d’insuffler à l’ensemble des Jurançonnais et des agents chargés des espaces verts la dynamique nécessaire à son développement ?

Veuillez recevoir Monsieur le Maire nos très sincères salutations.

Les Coordinateurs de JurAMAPon

—————

Précédent


Le nouveau site de Juramapon: